fbpx

Depuis l’Antiquité, la vigne est considérée comme un arbre sacré, un arbre de vie et le vin la boisson des dieux, et des mythes. Le vin aurait un pouvoir supérieur à l’eau : c’est une « eau de vie ».

Il faut savoir que le raisin apparaît il y a 65 millions d’années, et le vin probablement en 9000 avant J.C. La culture de la vigne est contemporaine de la sédentarisation, et est intimement liée à l’histoire des civilisations. En effet, le vin n’est pas un produit neutre, il comporte une importante dimension symbolique.

 

Dans la Genèse, Selon le récit biblique, Noé fut le premier vigneron et producteur de vin, qui s’enivra même des fruits de son labeur. On retrouve de nombreuses références à la vigne et au vin dans l’Ancien testament :

« Il m’a fait entrer dans la maison du vin ; Et la bannière qu’il déploie sur moi, c’est l’amour. »
Cantique des cantiques 2, 4

« Et les arbres dirent à la vigne : Viens, toi, règne sur nous. Mais la vigne leur répondit : Renoncerais-je à mon vin, qui réjouit Dieu et les hommes, pour aller planer sur les arbres ? »
Juges 9, 12-13

La vigne est souvent considérée comme une métaphore à la sagesse divine :

« Comme une vigne, j’ai donné des sarments pleins de grâce et mes fleurs sont des fruits de gloire et de richesse. »
Livre de Ben Sira le Sage 24, 17

Et possède également une valeur messianique.

En Égypte, Osiris qui règne sur le monde des morts est aussi Dieu du vin.
Après la vie, le vin devient étroitement lié à la mort : la vie, l’ivresse, la mort. Il est utilisé lors de libations et de sacrifices, et on retrouve la vigne liée à certaines divinités.

En Grèce, le vin est associé au culte de Dionysos, qui est aussi celui des Mystères. Dionysos est censé avoir donné la vigne aux hommes. Rappelons que Dionysos est aussi le dieu de l’excès et de la démesure. Aussi, les grecs apprendront à gérer l’ivresse par des règles de savoir boire : ou comment concilier « In Vino Veritas » (« Dans le vin, la vérité ») et les discussions philosophiques…

La légende de Saint Dionysos :
Saint Dionysos, trouva sur son chemin un bout de bois, le ramassa et l’abrita dans un os d’oiseau, il l’introduisit ensuite dans un os de lion, pour enfin tout mettre dans un os d’âne. Arrivé à Naxos, une île grecque, il planta le tout, et la première vigne se mit à pousser.
Voilà pourquoi les buveurs de vin commencent par pépier comme des oiseaux, puis deviennent forts comme des lions, et finissent bêtes comme des ânes.

Dionysos devient Bacchus chez les Romains, lui-aussi objet de culte. En janvier et mars se tenaient les bacchanales, festivités religieuses durant lesquelles tout était permis : le vin y coulait à flots.