fbpx

La placomusophilie est le fait de collectionner les plaques de muselet ou capsules de Champagne que vous retrouvez au sommet des bouteilles de Champagne.

C’est, en effet, en 1844, en France, qu’Adolphe Jacquesson dépose un brevet sur la capsule de champagne au ministère de l’Agriculture. Son invention avait pour but d’améliorer les capsules de champagne afin d’assurer une plus grande étanchéité au bouchon de liège. Sa création est une plaque de métal placée au-dessus du bouchon de liège et maintenu par des fils de fer torsadés.

La face extérieure de la capsule portait la mention « Champagne ».

Tous les fabricants de champagne se mirent à personnaliser leur capsule afin que leur marque soit très reconnaissable.

On parla pour la première fois de placomusophilie au début des années 80.

La première bourse de collection de capsules de champagne fût organisée à Vertus (Marne). La cérémonie se déroule chaque année, le 11 novembre.

Il existe plus de 30 000 capsules différentes. Chaque année, les vignerons leur donne une nouvelle couleur pour leur cuvée. Certaines capsules sont destinées en exclusivité aux collectionneurs. On les appelle « capsules de complaisance ».

Les placomusophiles peuvent consulter la Bible de cet art, ouvrage appelé « Le Lambert ».

Pour ces passionnés, l’important est de bien ranger ces capsules de champagne afin de les conserver le plus longtemps possible. Plusieurs classements par :

  • Thème (animaux, vignes, célébrités,…)
  • Ordre alphabétique (en fonction des marques, des maisons de champagne)
  • Couleurs des capsules
  • Matériau de fabrication (porcelaine, métal,…)
  • Procédé de fabrication (sérigraphie, tampographie, fait à la main…)

Le prix record atteint pour une capsule de Champagne, celle de Pol Roger 1923, est de 15 000 euros. D’une rareté absolue, elle continue d’entretenir le mythe, il ne resterait que quelques exemplaires de cette perle rare. Retirée, paraît-il, de bouteilles acquises par Winston Churchill.